Androgynie

Androgynie des mots   Il existe des mots qui, selon que l’on les utilise au féminin ou au masculin, changent de sens. Il y en a pas mal en fait. Par exemple « pendule », « voile », « tour », « manche », « livre ». Nul réel problème ici, puisque la différence est souvent connue. Je fais le tour de la tour, je remonte ma manche comme un manche. C’est facile. Parmi cette liste, il y a quelques mots coquins dont on ne connait pas forcément l’autre sens (Une aigle ? Un greffe ? La gîte ?), mais finalement rien de bien extraordinaire, vous ne vous tromperez pas de genre sur des mots que vous ne connaissez pas de toute manière. Par contre, il y a quelques mots étonnants dans leur androgynie. J’ai déjà évoqué ces trois petits mots délicieux que sont « délice », « orgue » et « amour ». Ils changent de sexe suivant le nombre. Ils ne sont donc pas réellement androgynes mais hermaphrodites. Non, il y a aussi des mots véritablement androgynes. Des mots qui peuvent être à la fois masculin et féminin, sans en changer le sens. J’ai beaucoup cherché pour en trouver, il y en a peu, ils se cachent ces petits malandrins. Il y a par exemple…

Le pluriel des nombres

Vingt cent mille ânes dans un près…   Bon, ça fait un moment que le professeur n’avait pas donné de cours. Alors aujourd’hui, pour se rattraper, il va aborder un point un peu délicat et sujet à de nombreuses erreurs. Ce qu’il faut retenir : tous les nombres sont invariables en nombre !! Exemples : huit heures, neuf mille quarante années, les quatre points cardinaux, etc…   Evidemment, comme en France on adore les exceptions, il y en a quelques-unes 🙂 Vingt et Cent prennent un « s » lorsqu’ils sont précédés d’un nombre (supérieur à deux) et qu’ils ne sont pas suivis directement d’un adjectif numéral. Prenons quelques exemples pour être bien clair : Elle a été construite en trois cents ans ou trois cent dix ans ? Il travaille ici depuis quatre-vingt-sept jours. Non, il travaille ici depuis seulement quatre-vingts jours. Exceptions à l’exception (ça ne serait pas drôle sinon) :  si cent ou vingt sont utilisés en tant que nombres ordinaux (et non pas cardinaux, j’explique après), ils sont invariables. Un nombre cardinal sert à exprimer une quantité tandis qu’un nombre ordinal à définir un ordre. Exemple : j’ai regardé l’épisode quatre-vingt de la série. Pas de « s » ici parce qu’il s’agit d’un…

Ce qu’il advient du professeur

Ce qui / Ce qu’il se passe Comme le professeur Boghos travaille moins, il va en profiter pour faire des leçons plus compliquées. Prenons aujourd’hui le cas de la très fréquente confusion entre « ce qui » et « ce qu’il ». Dans certains cas, on ne sait pas bien quelle forme choisir, par exemple quand on écrit « J’explique ce qui s’est passé » ou « J’explique ce qu’il s’est passé ». Dans la première phrase, « qui » est le sujet du verbe « se passer », construit personnellement. Dans le second cas, le verbe « se passer » est utiliser en forme impersonnel cette fois, le « il » étant le sujet « apparent » et qui ne désigne rien de précis. D’un point de vue sémantique, les deux constructions veulent dire exactement la même chose. Et à l’oral, on ne fera d’ailleurs même pas la différence généralement. Et au final, la règle est assez simple : les deux cas sont interchangeables, aucune préférence pour l’un ou l’autre. D’ailleurs, c’est vrai pour tous les verbes qui peuvent prendre les deux formes (personnelle et impersonnelle) : advenir, arriver, convenir, pouvoir, prendre, résulter, se passer, etc… Il existe quelques verbes à distinguer. Falloir Étant donné que falloir est un verbe exclusivement impersonnel (il ne se conjugue qu’avec la troisième…

De bon matin…

Non, je ne vous ai pas oublié, ne vous inquiétez pas ! Le professeur Boghos est toujours là. Avez-vous passé un bon week-end pascal ? 😉 Il fait beau, il fait bon, c’est le printemps, on se prélasse et on jouit de la vie ! Ce matin, toute petite règle de rien du tout mais qui se retrouve parfois malmenée. Quand l’on dit par exemple « tous les matins, le professeur Boghos nous abreuve de son savoir (et d’autres) », le mot « matin » est au pluriel. Par contre, quand on dit « tous les dimanches matin, il aime se prélasser au bord de la piscine », il n’y a pas de pluriel. En effet, matin, midi et soir sont invariables après un nom de jour. Petite astuce pour s’en souvenir : la phrase est équivalente à « tous les dimanches au matin ». Alors, et vous, que faites-vous les dimanches matin ? 🙂

Eh bien ! Ce sera rapide aujourd’hui

Et bien, hé bien, eh bien ?   Une toute petite leçon, en retard, aujourd’hui, et qui m’a été soufflé par une lectrice attentive 🙂 Dans quels cas utilise-t-on « Et bien », « hé bien » ou « eh bien » ? Alors déjà, pour faire simple, sachez que « hé bien » et « eh bien » se prononcent et veulent dire exactement la même chose ! Tout comme « hé oui » et « eh oui », etc… Un débat fait rage apparemment, mais jusqu’à maintenant, les deux écritures sont équivalentes et, s’il y a une préférence pour « eh » et non « hé », ce n’est pas une faute. Par contre, ces interjections sont forcément suivies d’un point d’exclamation, mais qui n’oblige pas à user d’une majuscule en suivant parce que ça n’interrompt pas forcément la phrase (voir la leçon d’hier). Par contre, « et bien » n’a strictement rien à voir. Le « et » est une conjonction de coordination, cette expression n’a rien d’une interjection. Eh bien ! cette leçon a mis du temps à arriver ! Oui, mais vous avez appris quelque chose, et bien !

Oh ! mais je vous attendais ! dit-il.

Quand les phrases ne se terminent pas   On a appris, dès qu’on a commencé à lire, qu’une phrase se terminait par un « . », un « ! », un « ? »  ou un « … » et continuait avec une majuscule. Ce n’est pas toujours vrai. En fait, ce qu’il se passe, c’est que parfois les points d’exclamation et d’interrogation n’indique pas la fin d’une phrase (le point, par contre, est sans ambiguïté ). Quand il s’agit par exemple d’une interjection : « Ah ! qu’il est beau Ralph ! ». Ou dans une phrase constituée d’une suite d’exclamations, ce signe peut avoir valeur de virgule expressive : « Attendez ! attendez ! mais je le mangerais tout cru lui ! ». Ou encore dans un dialogue pour marquer l’incise : « Mais qu’est-ce que vous regardez comme ça ? demande-t-il. ». Concernant les points de suspension, il y a certains cas où ils ne sont pas non plus utilisés pour finir une phrase. Quand ils indiquent une hésitation en cours de phrase (« Il est… vraiment incroyable !« ) ou pour ne pas terminer un mot (« Il a des p… de petites fesses musclées !« ). N’hésitez pas à me dire en commentaire si j’oublie des cas particuliers. (photo : Ralph Fiennes)

Commencer la semaine en douceur

1,5 kilomètre ou kilomètres ?   1,99 euros ou 1,99 euro ? Oui, parce que logiquement, dès qu’il y en a plus d’un, on a appris en primaire que c’est au pluriel. Oui, sauf que la règle, ce n’est pas tout à fait ça. C’est « à partir de 2 » et non « strictement supérieur à 1 ». Ce qui est la même chose quand on parle de nombres entiers, d’où la confusion. On dira donc « 1,99 euro » et « 1,5 kilomètre », aussi étrange que ça puisse paraître. Bon début de semaine !  

Ahhhhh l’impératif !

Parlons de l’impératif   Une erreur très fréquente lorsque l’on emploie des verbes à l’impératif est de rajouter des « s » ou de les enlever au mauvais endroit. La règle est la suivante : à la deuxième personne du singulier de l’impératif présent, les formes en -es et -as perdent leur s final sauf devant les pronoms en et y non suivis d’un infinitif. Le but étant d’éviter le contact entre deux voyelles. Ça parait obscur ? Quelques exemples pour mieux comprendre. La règle s’applique particulièrement aux verbes du premier groupe : « Mate-moi ce professeur ! » « Tâtes-y les pecs ! » Et c’est la même chose pour certains verbes du deuxième et troisième groupe : cueillir, accueillir, recueillir, souffrir, tressaillir, recouvrir, couvrir, découvrir, ouvrir, entrouvrir, assaillir et offrir, ainsi que aller et savoir. « Va dans sa chambre. » « Ouvres-en la fenêtre que je puisse te rejoindre. » « Découvres-y ce qui lui reste d’habits que l’on s’amuse. » À noter qu’il existe une exception à cette règle (évidemment…) : quand « y » ou « en » sont suivis d’un infinitif. Ainsi : « Va y voir ce qu’il a dans le pantalon ! »   Ça t’a plu ? Alors, partage cet article et parles-en autour de toi ! 🙂  

Régalons-nous de conserve

De conserve ou de concert ?   Régalons-nous de conserve ou apprenons de concert ? À priori, les deux expressions sont tout à fait correctes et synonymes. Il existe pourtant une subtile différence qui n’a pas échappé au professeur Boghos en ce studieux lundi matin.Revenons à l’origine de ces deux expressions . « De concert » ne vient pas d’un quelconque orchestre, mais bien du mot « concertation« . Il s’agit donc de signifier un accord entre individus partageant le même but, le même objectif. « De conserve » vient du temps des pirates (la classe). À l’époque, les capitaines de bateaux innocents, pour se protéger, tenter de voyager en groupe afin de se protéger mutuellement (« cum » (ensemble) « servare »(garder, préserver)). Dans les deux cas, il s’agit bien de s’allier dans un objectif commun, de se rassembler pour atteindre un même but. Mais s’il y a eu concertation préalable, il est préférable d’utiliser « de concert ». (crédits photo : Café Crême Paris)

Professeur ès muscles

Ès   Un tout petit mot, une préposition bien singulière ! C’est un mot très rarement utilisé, il est en fait la contraction de « en les » (ou « dans les » comme « des » est la contraction de « de les »). Automatiquement, cette préposition doit être utilisée uniquement avec un pluriel en suivant, mais l’erreur n’est plus vraiment signalée. L’on se sert de ce mot dans la majorité des cas pour désigner la spécialité d’un docteur, d’un professeur, d’un spécialiste (« Docteur ès langues étrangères »), mais il peut être utilisé savamment dans d’autres situations. Exemples : « Se promener ès bois » (= dans les bois) Agir ès qualités de… Adèle est passée maîtresse ès ruses pour enseigner à ses élèves turbulents (@photo : Henry Cavill, spécialistes ès Super pouvoirs !)

Visit Us On FacebookVisit Us On TwitterVisit Us On Pinterest