Une question de point de vue

Dôme ou Coupole ?   Savez-vous ce qu’est la différence entre un dôme et une coupole ? C’est tout simple, c’est à peu près la même différence entre un toit et un plafond : c’est une question de point de vue. Depuis l’extérieur, on parle d’un dôme alors que depuis l’intérieur, c’est une coupole. Et son dôme à lui, vous préférez le voir de l’intérieur ou de l’extérieur ?

Quoique…

Quoique / quoi que C’est une erreur classique qu’il n’est pas très difficile d’éviter. « Quoi que », en deux mots, est une locution, une expression, qui signifie « quelque soit la chose que ». « Quoique », en un seul mot, est une conjonction de subordination qui signifie « bien que », « encore que ». « Quoi que vous pensiez, vous ne pourrez pas résister au charme du professeur du jour, quoiqu’il soit peut-être un peu trop musclé pour certaines… »

À bicyclette !

Comment allez-vous, mesdemoiselles ? Aujourd’hui, un classique ! Ce matin, le professeur Boghos est venu en vélo ou à vélo ? (pectoraux à l’air, poursuivi par une meute de fans en folie !) Alors, pour une fois, la règles est simple : si on voyage dans le moyen de transport, c’est « en », si on voyage dessus, c’est « à ». Donc ici, il est forcément venu à vélo et pourra repartir en bus, en métro ou à pied, à trottinette ! Seul cas déroutant : les skis. À priori, pas de préférence, puisque selon les interprétations, on est soit « sur les skis », soit « dans les skis » (on dit chausser des skis). Et lui, vous aimeriez le voir « en » levrette ou « à » quatre pattes ? (photo : Willy Monfret25)

Nous ne sommes pas si différents !

Aujourd’hui, une petite erreur classique : « différend/différent ». Même si ces deux mots se prononcent de la même manière, leur sens est différent. Avec un « t », il exprime la différence, tandis qu’avec un « d », il exprime un désaccord. Petit moyen mnémotechnique, « désaccord » commence et termine par un « d », donc si vous pouvez remplacer le mot différent/d par désaccord, c’est qu’il faut le terminer par un « d ». Bonne journée !

Lundi : je vous saurais gré de ne pas me réveiller…

Fini le weekend ! Reprenons nos cours en douceur. Désormais, le lundi, on parlera des barbarismes. Ces mots ou expressions qui sont mal employés, déformés ou plus généralement les anglicismes abusifs. Ainsi par exemple, « je vous serai gré de bien vouloir découvrir ce que j’écris » est un barbarisme. Le verbe est « savoir gré » et non « être gré ». Être reconnaissant envers quelqu’un de quelque chose. « gré » ne saurait être utilisé autrement qu’avec le verbe savoir. C’est un substantif invariable. On écrira dont correctement : « Je vous saurai gré de prendre plaisir (beaucoup de plaisir) à lire ce que j’écris » (photo : Wentworth Miller, Helle aura reconnu)

Avez-vous quelqu’un en vue ?

« En vue de » / « Au vu de » La règle, il faut juste la savoir : on écrit « au vu de » ou « au vu et au su de » (signifiant « en tenant compte de ») avec le mot « vu » au masculin tandis que « en vue de » (dans le sens « pour ») s’écrit avec le mot « vue » au féminin. Ainsi, en vue de vous satisfaire pleinement, au vu du succès du professeur, je vous annonce qu’il a fait ses premiers pas sur une feuille de papier virtuelle. Je me lance dans l’écriture d’un petit roman (coquin et humoristique) où il prendra toute sa place. Petit sondage afin de rendre l’écriture participative : vous le préférez blond ou brun (ou roux ou autres…) ? Et quel tranche d’âge ?

Mardi : à vos phantasmes !

Bon, le professeur d’hier a été licencié, il est reparti jouer avec les autres playmobils. Nous avons compris vos demandes de plus de réalisme, plus de vrai mais aussi davantage de phantasme ! Ah oui, parce que ce mot, fantasme, peut tout aussi s’écrire avec « ph ». Il n’y a quasiment aucune différence, si ce n’est que « phantasme » est parfois privilégié par la médecine ou la psychanalyse pour parler d’hallucinations. Alors, à vos phantasmes mesdames (et mesdemoiselles) !

Lundi : un retour au travail musclé !

Il vous avait manqué ce week-end ? Cette fois-ci, il était avec Lilou ! (voir ici si vous êtes curieux) Quel tombeur ce professeur ! C’est sa seconde conquête ! Ou la deuxième ? Connaissez-vous la différence entre second et deuxième ? En fait, il n’y en a pas. C’est strictement et sémantiquement la même chose. Mais certains aiment y voir une subtile différence : le second indiquerait qu’il n’y en a pas de troisième ou davantage. Ainsi, 39-45 serait la seconde guerre mondiale, espoir de n’en point vivre une autre. Avez-vous remarqué, tristement, que cette période est de plus en plus appelée la deuxième guerre mondiale ?

Johnny à l’envi !

Bien le bonjour mesdames et mesdemoiselles ! Alors ce matin, une petite dédicace à Odile. Il ne faut pas confondre « envie » et « envi ». Le premier mot vient du latin invidia qui veut dire jalousie, tandis que le second vient du latin invitare qui veut dire convier, inviter. Le mot « envi » n’est utilisé que dans la locution « à l’envi » qui signifie « à qui mieux mieux » ou « avec émulation ». « Ainsi, quand Johnny l’embrassa, il eut envie d’en jouir à l’envi. »

Un café sans caféine ce matin !

Bonjour à toutes ! Avez-vous bien pris votre dose de caféïne ce matin ? Non ? De Caféine ! C’est une erreur que l’on peut voir de temps en temps et pourtant on ne met jamais de tréma après un « é ». Le tréma sert à indiquer qu’il ne s’agit pas d’un digramme, c’est à dire un groupe de lettres qui ne forme qu’un seul son (exemple : mais / maïs), afin de le prononcer correctement. Or ici, après un « é », il ne peut pas y avoir d’ambiguïté quant à la prononciation. Attention, la théière est brûlante et évitez les boissons sucrées gazéifiées

Visit Us On FacebookVisit Us On TwitterVisit Us On Pinterest